L’escarpin compromettant.

Il s’agit d’écrire une histoire qui met en scène une famille (parents et deux enfants ou ados) et la belle-mère dans une voiture lors d’un départ en vacances. Le mari trompe sa femme ou a une vie cachée. Or un élément perturbateur: l’escarpin, va venir ternir l’ambiance, d’autant qu’il s’avère être celui de la belle-mère!

Le SUV  filait entre les allées de platanes sur ces routes  qui menaient  Hubert et sa famille (belle-mère comprise) vers la Bretagne pour les vacances d’été.

Hubert  le regard sur le bitume  n’entendait pas les commentaires de son épouse, Caroline, qui lui rapportait les potins de son magazine people

– Non, celle-là c’est la meilleure. Laetitia Halliday pose pour Playboy ! Elle ne sait plus quoi faire pour attirer l’attention sur elle. Ah ! Kenji et Jennifer ont un secret à dévoiler sur THE VOICE. Je croyais que Jennifer avait une histoire avec Slimane ? C’est la famille Tuyaudepoil dans ce showbizz.

Comment allons-nous vivre avec ce secret ? Raymond sera muet comme une tombe, mais Daniel a  la langue bien pendue lorsqu’il a un coup dans l’nez. Il faut revoir notre version et accorder nos violons.

-Alors chéri comment s’est passée ta soirée poker hier soir ? Tu es rentré tard, enfin tôt ce matin. Chéri ? Allô la terre ! En tout cas merci d’avoir mis le linge à tourner. C’est une belle initiative.

-Quoi ? Que dis-tu ? Je suis concentré sur la route, la nuit approche et un animal pourrait surgir à l’improviste. Ta mère nous a mis en retard, en maintenant son rendez-vous chez le coiffeur.

-Tu ne vas pas commencer à râler et nous gâcher les vacances hein ? Bougonna  Caroline. Puis elle poursuivit, d’autant que j’ai un scoop à t’annoncer !

-Ah ouais ? De quoi s’agit…

-Papa, tu peux monter la clim, on étouffe à l’arrière !

-Pas trop tout de même, Mutti  (c’est ainsi que se faisait appeler sa mère depuis la naissance de ses petits enfants) ne supporte pas la clim. Rétorqua  Caroline.

-FFF, on arrive dans combien de temps ? Dirent les deux adolescents en chœur.

-Bon ça suffit ! J’ai besoin de calme pour conduire. Brailla Hubert.

J’ai surtout besoin de calme pour réfléchir. Il va falloir éviter les soirées poker chez Lady Myrtille.

-Chéri, j’ai besoin d’une pause pipi. Dès que tu peux, pourrais-tu t’arrêter dans un endroit discret ou à la première station service que l’on croisera ?

-Encore ! Mais cela fait déjà deux arrêts ! Cesse donc de boire ton thé Panda ! Tu deviens une « pisse mémé » ! Maugréa le mari agacé de ces arrêts multiples. On est déjà pas en avance sur l’horaire.

-Qu’est ce qui te stresse comme ça ? Nous pourrons entrer dans la location grâce à un boitier à code, pour récupérer la clé de notre appartement. Donc nous n’avons pas d’impératif d’horaire.

Les ronflements de mutti ponctuèrent cette affirmation de Caroline. Le téléphone d’Hubert, branché en bluetooth  interrompit Les quatre saisons de Vivaldi que diffusait la clé USB dans le lecteur MP3 du 4X4.

Oh non pas ce bavard de Daniel ! Il pourrait avoir une parole malencontreuse. Hubert rejeta l’appel.

-Tu ne réponds pas à ton pote ? On te dérange ! Lança Caroline avec perfidie.

-N’importe quoi ! Nous avons eu un contretemps avec la fabrication des pistons pour les moteurs hors- bord, il faut battre une campagne de rappel. Je ne vais pas « gâcher les vacances » avec mes contingences professionnelles. Je le rappellerai  à ta pause pipi, ma chérie.

-Tiens c’est à qui ce foulard ? Interrogea Caroline, agitant l’objet d’un délit probable sous le nez de son époux.

-Je ne sais pas, à Justine sans doute.

-Je suis sa mère, je lave son linge, le repasse et je sais ce qu’elle a dans sa garde –robe !

-Ah bah  oui, je me souviens. Avant le poker nous avons déposé la fille de Raymond à son travail. J’ t’ai pas dit, elle a trouvé un job étudiante, comme réceptionniste de nuit chez Ibis Style.

-Ah au moins une qui agit en future adulte responsable, qui  a un peu plus qu’une carte réseau dans la cervelle et un clavier ou un joystick aux bouts des doigts. Ironisa Caroline. Les nôtres n’ont pas déposé un seul  CV, ni participé à un seul job dating pour cet été. Il va pourtant falloir qu’ils comprennent la valeur de l’argent car leur argent de poche va diminuer.

Ouf, c’était chaud papate  là ! Pourquoi Daniel cherche à me joindre ? Il nous a déjà assez fichu dans la mélasse. Pourvu qu’il ne nous trahisse pas.

-Bien sûr toi, tu ne dis rien. Je suis toujours celle qui passe pour la mégère. Tu m’entends ?

-Je conduis chérie. Je parlerai aux enfants pendant ce séjour dans le Finistère.

-C’est trop tard maintenant ! Nous sommes mi juillet !

Le silence s’installa dans l’habitacle. Du moins si on omettait les ronflements de Mutti pour qui les trajets en voiture étaient soporifiques, et les poc poc des bulles de malabars de Justine.

Hubert était absorbé par le ruban noir de la route maintenant que la nuit était tombée. Lorsqu’une phrase de son épouse lui revint.

-Alors qu’est ce que c’est ton scoop ?

-Je suis enceinte !

-Quoi ?

 Surpris Hubert donna un coup de coup de volant, ses pneus mordirent le bas côté, le SUV fit une embardée qui secoua tous les passagers. Faisant preuve de sang froid, Hubert freina brutalement, juste à temps pour éviter une borne kilométrique. Après quelques minutes de silence, où personne ne moufta, Hubert repris la conduite

-Mais vous avez bu mon gendre ! S’exclama Mutti.

-Qu’est ce qui s’est passé papa, tu t’es endormi ? Demanda Justine.

-Rien ! Retournez à vos jeux. Et vous Mutti, reprenez  votre somme.

-Rien ? Comment ça rien ? Cache ta joie hein !! S’exclama Caroline

-Ecoute chérie, tu m’as surpris, reparlons –en quand nous serons arrivés.

-Bien sûr…..c’est ça..comme d’un de tes sujets de ton quotidien professionnel !

-Ecoute Chérie, ce n’est ni le moment ni le lieu.

Alors ça c’est le pompon ! Je comprends mieux pourquoi elle a tout le  temps envie d’uriner !! Comme si  je n’avais pas assez de soucis avec cette fille. Une des hôtesses en manque d’argent que recrutait Lady Myrtille, pour agrémenter nos soirées poker. Chacun y trouvait son compte. Si seulement Daniel avait été moins « empressé » dans ses avances, la gamine serait toujours de ce monde. Dans la panique, son corps, son vélo ont été chargés dans Ma voiture  sous prétexte qu’elle était plus spacieuse. Résultat, un foulard dans le vide poche, un témoin du drame.

A cet instant, Hubert senti  un tube froid qui se frottait à sa cheville gauche. L’obscurité ambiante ne lui permettait pas de distinguer ce que c’était. Soudain à la lueur d’un lampadaire, il reconnu  un escarpin noir.

Bon sang, alors là c’est la guigne. Comment je vais justifier cette chaussure ? Je dois tout faire. Pendant que je m’occupais  du cadavre, Raymond du vélo, Daniel devait effacer toutes les traces dans la voiture. Pffff , on peut pas dire qu’il ait été efficace.

-Chérie, voilà une station service, tu vas pouvoir te soulager.

-Merci ! Snif, snif…

-Qu’est ce que t’as Cacou ? demande Mutti.

-Rien maman, la fatigue de la route. A force de fixer la route, mes yeux brûlent.

-C’est ça prends moi pour un lapin de trois semaines. Je ne dors que d’un œil et j’ai bien entendu que vous vous chamaillez avec mon gendre.

-Bon arrêt pipi, kinder bueno, bouteille d’eau, pour tout le monde. Fredonne Hubert sur un air du Boléro de RAVEL.

-Moi j’ai froid, je ne bouge pas. Claironna Mutti.

-Allons belle maman, vous dégourdir les jambes ne vous tente pas ? Insista Hubert.

-Non !

Tout le monde descendit, sauf Mutti, Hubert chopa la chaussure discrètement, et la camoufla dans sa veste. Il se dirigea vers  le camion poubelle qui faisait sa tournée et balança la pièce à conviction après l’avoir essuyée avec son écharpe.

Il revenait vers la voiture, lorsque son téléphone sonna encore. C’était Daniel de nouveau.

-Ouais, tu tombes bien. Explique moi ce que tu ne comprends pas dans «  tu fais le ménage ? »

-……..Pourquoi tu cries comme ça Hubert?

-Parce que Caroline a trouvé le foulard de la fille et je viens de me débarrasser de l’escarpin qui était sous mon siège. Une chance que le camion poubelle faisait son office. T’es inconscient  ou con ?

Caroline et les enfants revenaient. Hubert écourta sa conversation.

-Bon j’te rappelle quand je suis arrivé.

-Maman tu boudes ? demanda Caroline, qui remarqua aussitôt l’air renfrogné de sa mère.

-Demande à ton mari ce qui l’a fait de mon escarpin ?

-De quoi parles-tu maman ?

-J’avais retiré mes escarpins, et l’un deux a disparu. Or je viens d’entendre ton ingénieux époux, se vanter au téléphone de s’en être débarrassé dans le camion poubelle qui vient de partir. Ma paire Pierre Cardin ! 700€ ! Une pièce à conviction. Là je ne sais pas pourquoi il a dit ça, mon escarpin n’est pas l’arme d’un crime !

Mijo-Nouméa
  • Mijo-Nouméa

8 Comments

  • Ahah ! Tu t’en es bien sortie avec cette histoire ! Mieux que ton personnage en tout cas ahah ! Quelle idée de porter des escarpins en vacances aussi !! Les tongs, c’est la base. Bref, agréable moment passé sur la route à te lire. Ps : attention typo discours indirect / passé simple. Belle journée à toi 🙂 !! Au plaisir, Sabrina.

    • Bonsoir Sabrina, ravie de te retrouver. Oui cette catégorie « plumes et encriers » est destinée à proposer des jeux d’écritures, des consignes avec contraintes pour nous amuser, partager nos styles et promouvoir nos différentes plumes sur les blogs des uns et des autres. Donc si l’envie te prend, n’hésite pas à déposer en commentaire un texte que je mettrai en avant pour te faire connaître d’autres lecteurs que ceux de ELS.
      Merci pour le pointage du discours indirect et passé simple.
      A bientôt
      ( J’ai du retard à lire sur ton blog…tu es sur ma list to do)

  • Ah comme tu as dû t’amuser à écrire ce texte, Mi-Jô !
    Drolissime cette escapade familiale. Dialogues endiablés, rythmes syncopés,chassés-croisés de réponses, embardée sur la route ! C’est vraiment les vacances… car pour couronner le tout indice de meurtre et fausses piste. Pas mal la même en escarpin entre les bulles de chewing-gum. Vivent les vacances ! Tu as dû bien t’amuser en dehors des clous Hi!Hi! A bientôt
    Marie-Louise

    • Bonjour Marie-Louise,Merci de ta lecture. oui une partie de rigolade à l’écriture de cette nouvelle. Et j’ai eu l’impression que les personnages me dictaient eux mêmes leurs péripéties. C’était assez curieux, j’avais le sentiment d’être un scribe pour les protagonistes.

  • Mazette, tu l’as sors d’où cette consigne d’écriture ?!? 😀
    J’aime bien les défis, donc j’ai déjà fait tourner 2-3 idées dans ma tête… Si je trouve le temps, je m’y attèlerai. Mais il me faut d’abord écrire ma nouvelle fantastique pour l’Esprit Livre. Noooon, je ne vais pas combiner les deux consignes et écrire une nouvelle-fantastique-sur-une-famille-qui-part-en-vacances-et-même-que-le-mari-a-une-vie-cachée-et-sa-belle-mère-aime-les-louboutins.
    A bientôt ! Valérie

    • coucou Valérie, merci de ta lecture, et ton enthousiasme. Comme je te comprends pour la nouvelle FANTASY, je suis dessus aussi, et mes neurones ont déposé les encres!!!
      A bienôt

  • Bonjour Marie-Josée,
    Je me demande également où tu as trouvé cette consigne. En effet, j’ai eu l’occasion il y a quelques mois de lire une nouvelle qui comprenait tous ces éléments. En tout cas, c’est bien mené ! Bravo à toi !
    Nadine

    • Hello Nadine,
      A force de lire de ci de là, je chope des ingrédients de consigne et hop je fais une tambouille à la mode Mijo, en espérant que Tatouraté ne vienne pas y mettre son grain de sel:)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!