Pastiche de Verlaine.

Temps de lecture : < 1 minute

Je fais souvent cette promenade bucolique et réparatrice
D’une femme inconnue, ronde et sourire charmant

Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait séductrice

Ni tout à fait libertine, mais m’honore, me comprend.

Car elle me devine, et mon cœur transparent

Pour la seule divine cesse d’être un problème
Pour elle seule, les frissons de mes zones érogènes
Elle seule les sait provoquer, en m’aimant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? Je m’en fiche.

Son nom ? Mélodieux mais pas godiche,
Comme ceux des gourgandines dénigrées.

Son iris immobile tel le regard des statues,
Et, pour sa voix, voluptueuse, chaude, et rare, dotée
De l’inflexion des timbres perdus dans les nues.

Please follow and like us:
Mijo-Nouméa
  • Mijo-Nouméa

9 Comments

  • J’adore! Le premier vers, le fil conducteur qui guidera notre imagination poétique! Bravo!!!!

    • Merci Josée, tu as eu une riche idée de suggérer un tel exercice 🙂

  • Bonjour Mijo. La poésie c’est vraiment ton truc ! plaisant pastiche de Verlaine, très réussi.

  • Délicieuse poésie Mijo! Une savoureuse balade tout en sens et sensualité.
    J’aime énormément !

    • Merci Marie c’était un chouette exercice 🙂

  • Bravo !!!!

  • Bravo, défi relevé haut la main.

  • Très joli pastiche Mijo, t’es fortiche ! Ca change de tes écrits habituels, mais ça te va très bien, un plaisir d’avoir eu enfin le temps de revenir par ici et de te lire ! Belle journée à toi ! Sabrina 😉

    • Oui Sabrina, il est bon d’explorer différents univers d’écritures. cela nous permet de ne pas nous appesantir dans le le même genre, et de ne pas progresser en fait 🙂

One Pingback

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!