Vigne rouge.

La tueuse caméléon se met au travail, car cette fois l’élimination de la cible sera jouissive et nécessite un bonus. Une mise à mort en plusieurs phases. Ce chien de  Volodymyr, bourgeois ukrainien, passionné de tango et bijoutier véreux, a un talon d’Achille : les femmes et le vin. Il participe chaque année à une tournée « Le tango du vin », émaillée de conférences, et concours de sommellerie. Esther se fabrique sa nouvelle identité. Elle sera ambassadrice de « l’Or du Jura », ce mystérieux vin à la robe jaune doré aux arômes de pomme vertes, noix et épices.

Première attaque, dénoncer anonymement l’arrivée de sa cargaison  de contrefaçons de stylos-plume Montegrappa. Plume plaquée or et zircon dans la partie avant donnant l’illusion de diamants  baignant non pas dans de l’eau mais dans une nouvelle drogue de synthèse : le NAX. La douane se réjouit de ce coup de filet.

C’est contrarié qu’il arrive à la première conférence d’œnologie. Comme prévu, Volodymyr n’est pas insensible à la sensualité, et aux galbes des jambes vertigineuses d’Esther qui use de sourires et  regards langoureux à son intention.

Plus tard dans la soirée, devant le buffet des dégustations lorsque l’orchestre entame « Por una cabeza  », elle savoure et jubile quand l’ukrainien glisse vers elle pour une invitation. Refoulant son écœurement pour cet homme,  Esther s’élance dans des figures de plus en plus lascives et sensuelles à scandaliser une cocotte.

Deuxième attaque. Ce duel érotique est rompu avec une curieuse enveloppe orange déposée par coursier pour le bijoutier. Au moment où il découvre un billet de 100 francs belges taché de sang et la photo de son fils Oleksander, prisonnier d’une cage de verre qui se remplit d’eau, un appel masqué d’une voix déformée sur son téléphone portable lui annonce :

— Ecoutez attentivement. Votre fils Oleksander a une autonomie d’oxygène de 4 heures. 4 heures pour signer cette confession sur vos agissements frauduleux, et renoncer à votre vignoble  au profit de GOLDMUNTZ compagny et ainsi sauver votre fils.

—Qu’est ce qui me prouve ce que vous dites?

—“Tic-tac, 4 heures”.

Par réflexe Volodymyr enclenche le chronomètre de sa Breitling. Esther éclipsée sur la terrasse à l’abri des regards raccroche en même temps que le père dépité dont le monde vacille. Esther frétille.

L’homme suivi de son staff de sécurité quitte la soirée pour son hôtel. Que signifie ce billet de 100 francs belges? Est-ce le sang de son fils? Qui l’a trahi pour sa cargaison? En clair qui lui a déclaré la guerre? Il hurle en russe, donne des ordres, contacte ses informateurs, promet une récompense pour le moindre indice.

Volodymyr examine ce billet de 100 francs belges et sollicite sa mémoire à coups de vodka les unes derrière les autres. Il ne s’est pas fait que des amis dans ses trafiques de drogue, de contrefaçons de stylo-plume sans compter les paiements de plusieurs grands crûs de vin ou de champagne en faux diamants. Mais les francs belges, ne sont plus d’actualité. Alors quel fantôme du passé revient le hanter? Qui est assez lâche pour s’en prendre à son fils?

Le téléphone sonne : « Tic tac 2h30 »

C’est alors qu’une odeur d’oignon et de citron sur le billet lui rappelle ce faussaire juif qui avait la particularité d’écrire à l’encre sympathique sur un billet de 100 francs belges, les coordonnées GPS, de l’endroit où se trouvaient les faux diamants qu’il avait taillés par mesure de sécurité. Hélas devenu trop gourmand pour son travail, Volodymyr lui-même s’en était occupé et sa descendance, une mignonne gamine, pourrissait dans une fosse creusée à la va vite.

Volodymyr passe le billet à la flamme de la bougie. Bingo des coordonnées GPS apparaissent. Il convoque ses hommes et organise un raid. Curieusement les indications ciblent son propre vignoble.

Le père consulte sa montre, 1h00.

Troisième attaque. À leur arrivée tous se ruent sur le chai, les premiers tombent sous des flèches à la pointe en acier imprégnée de curare. Deux se retrouvent avec le sourire de Glascow . Enfin le dernier homme de main est fauché par un couteau de chasse en plein cœur. Le maffieux est seul, l’arme au poing. Il se rend à l’évidence son fils n’est pas ici. Un scintillement sur la droite lui rappelle le vieux moulin au milieu des vignes. Il se précipite tout en se méfiant. Et pourtant il perçoit trop tard le courant d’air de la flèche qui le désarme en lui brisant le poignet.

C’est alors qu’apparaît l’ange de la mort.

—Qui es tu ? Où est mon fils?

—Tssst tsst… Où sont les documents?

—Je veux voir mon fils d’abord !

—Avance !

Oleksander est bien là, effrayé et épuisé.

Quatrième attaque. Une violente douleur vrille le genou de Volodymyr, un clou vient de se planter dans son creux poplité droit.

—C’est bon! Arrête ça! Pitié! Hurle Volodymyr.

Imperturbable face à l’homme sanguinolent vautré à ses pieds, Esther le pistolet à clous en main rétorque:

—Un clou pour chacune des balles dont tu as criblé le corps de mon père. Tu t’en souviens, Salomon  GOLDMUNTZ ton faussaire belge, avant que tu ne décides qu’il pourrait être un témoin gênant. Et ce dernier billet que tu as laissé sur son front, par dédain. Ce dernier billet comme un pourboire pour sa sépulture.

—Salope! Mes gars t’ont enterrée comment peux tu être vivante?

Et tchlac! Un autre clou dans le coude lui arrache un beuglement tonitruant.

—Tes chiens de garde ont mal fait la sale besogne. A toi les mains propres, à eux les cauchemars. Moi j’ai appris ce qu’était le courage. Assez bavardé, où sont les documents? Il te reste 8 mn avant que la chair de ta chair ne passe ad patres.

Silence. Un clou de plus dans la cheville finit de terrasser l’arrogance de l’homme. Fébrilement il sort son stylo-plume et les documents de son sac à dos, puis péniblement les signe. Esther lui arrache les précieux papiers, le fixe, et finit par stopper à 3mn du compte à rebours  l’écoulement d’eau. D’un geste vif, la tueuse vise le père et c’est l’estocade finale sous le regard horrifié d’Oleksander.

Volodymyr a deux clous rouges au cœur.

Mijo-Nouméa
  • Mijo-Nouméa

12 Comments

  • Très prenant cette histoire jusqu’à la vengeance de la gamine,devenue femme !!

    • Merci Robert, lecteur fidèle 🙂

  • Merci Mijo pour ce texte qui nous montre encore ton talent.
    Te lire est toujours un plaisir, les histoires sont toujours différentes et nous font toujours autant de bien!
    Merci de nous faire partager ta passion des mots.
    A quand un grand roman ?
    Hâte de te lire à nouveau !
    Bises
    Emmanuelle

    • Merci Emmanuelle, suis ravie que cela te plaise et te fasse voyager. Pour le roman, cela viendra, je suis sur une pièce de théâtre pour l’instant:)

  • Fiou. Je me rappelle fort bien de cette consigne ! (D’ailleurs, c’est justement l’une des nouvelles qui figur dans le recueil ESL). Tu as bien planté le décor (et les clous !) et tu as su incorporer les mots, le polar et le meurtre, comme ça l’air de rien, tant la lecture est fluide, et glaçante (ou glaciale, pour les connaisseurs). Bref, une lecture comme toujours qui se fait d’une traite, même si l’univers est assez noir ! Belle journée à toi, Sabrina.

    • Merci Sabrina. Oui cette consigne n’est pas aussi facile que l’on peut le croire surtout en 6000 caractères! Bonne soirée.

  • Bravo Mijo , voilà que maintenant Tu donnes dans le Polard !!
    Un Récit Captivant qui se laisse lire d’ une Traite …
    Une Vengeance de Femme érotique devenue Cruelle qui tient le Lecteur en Haleine ….. jusque’ au Meurtre !
    Une Belle Plume et Tous les Ingrédients sont là , J’ Aime !!
    A plus pour d’ autres Aventures .
    Belle Soirée à Toi et Bisous de Nous Deux , Marcel & Maryvonne .

    • Bonjour Marcel et Maryvonne, merci de votre venue dans cette nouvelle noire. A bientôt oui pour d’autres aventures littéraires.

  • Bonjour Mijo
    Toujours d’une aussi belle écriture !
    Continue à nous enchanter…
    J’aime j’aime j’aime

    • merci Patricia de ta visite et de ton enthousiasme.

  • Bonjour Marie-Josée,

    Quelle imagination ! Le polar te réussit. Ton rythme d’écriture s’y prête à merveille et le ton également. Bravo à toi !
    Nadine

    • Hello Nadine, merci de ta venue. Il est vrai que ce genre noir m’inspire. En revanche les trois prochains domaines que sont la FANTASY, le FANTASTIQUE et la SCIENCE FICTION sont loin d’être prometteurs d’inspiration.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!