Le sapin à la boutade.

Temps de lecture : 2 minutes

Olé, olé, c’est la fin des flonflons de la fête, les cadeaux ont été découverts, les emballages et les cartons emplissent les poubelles. Petits et grands (surtout les grands) ont la peau du ventre bien tendue. Certains vont même jusqu’à reculer l’aiguille de la balance de dix kilos. (Ah ces histoires d’heure d’hiver, ça laisse des séquelles). Les seniors ont regagné leurs pénates, la magie s’en est allée. Il faut ranger et remiser décorations et guirlandes. Se pose alors la question du sapin. Cette année, histoire d’être novatrice, j’ai décidé de bouder les sacs à sapin et de tenter la recette de mémé : le sapin à la boutade.

Généreuse et solidaire de tous ces sapins déchus de leur piédestal en ce début de janvier, (oui roi et reine sont les galettes maintenant), je vous livre le secret de cette succulente recette approuvée par l’équipe Top Chef.

Pour commencer, il vous faut pour quatre personnes :

* Un petit sapin, pas d’épicéa trop épicé, et encore moins de mélèze car trop balaise, ni de sapin nain bleu qui attire tous les nains de jardin du quartier). Donc choisir un Nordman, bien dodu.

*50 g d’ail des ours

*2 gros oignons rouges de Roscoff

*300 g de caramel au beurre salé

*50 cl d’huile d’olive première pression

*50 g de beurre d’algues malouines

*2 cuillères à soupe de vinaigre de Covid 19 avec grains d’Omicron

* une grosse poignée de salicornes marinées au chouchen

*Sel de Guérande au curcuma (excellent pour les rhumatismes)

*Poivre sauvage noir de Wuvan

*2 Litres de pastis breton ou de turlutte du pêcheur plus sucrée.

*Sirop de bourgeons (à faire la veille)

1/ Équeutez les branches et plongez les aiguilles dans le caramel beurre salé pour une marinade de douze heures. Réservez quelques rameaux.

2/ Coupez en copeaux les branches et le tronc en rondelles que vous ferez revenir à feu vif dans un chaudron (de cuivre si possible) avec l’oignon et l’aïl dans l’huile d’olive. Salez et poivrez.

3/ Lorsque que les morceaux ont rendus leurs sucs, laissez réduire puis déglacez avec le vinaigre. Ajoutez la salicorne et laissez mijoter quarante minutes à feux doux. Gardez au chaud.

5/ Farinez les rameaux et les plongez dans le beurre aux algues afin de les saisir et de les rendre croustillants.

6/ Faire un sirop avec les bourgeons (n’ajoutez pas de sucre, la neige artificielle suffira) avec l’alcool choisi.

7/ Ajoutez à l’appareil branches et tronc, les aiguilles préalablement égouttées. Arrosez du sirop de bourgeons et faire cuire à feux moyen vingt minutes.

Servir « show » accompagné de pomme de pin frites et des croquants de rameaux.

Proposez un vin de châtaigne, ou un hydromel millésimé. 2020 semble une bonne cuvée après une longue quarantaine.

Bon appétit.

Please follow and like us:

8 Comments

  • Bonne Année 2022 Mijo
    Ta fidèle lectrice t’envoie encore de chaleureuses félicitations… Surtout que 2022 t’apporte encore autant d’originalité et de vive écriture que tout ce que tu nous proposes jusqu’à présent.
    Bises (nous avons le droit à distance… hihi)
    Patricia Graux

    • CookiPatricia,
      Merci de tes lectures régulières. Oui 2022 s’annonce encore bien restrictive dans les effusions. Ecrire n’est pas contagion, sauf pour l’autrice que je suis qui se laisse emporter par la gourmandise des mots 🙂
      Bizh à toi.

  • Recette appétissante, d’autant plus que j’ai sacrifié un Nordmann pour faire plaisir aux petits et aux grands.

    Top chef n’a qu’à bien se tenir !

    • Hello Céline, je me doute que plusieurs Nordman ont été sacrifiés. Du coup j’ai voulu leur rendre un hommage 🙂 N’empêche que c’est une bonne consigne pour stimuler l’écriture.
      Bonne année à toi aussi, qu’elle te soit source d’inspirations et d’audaces littéraires.

  • Ah ah dis donc quelle recette ! Je retrouve ta plume et ton humour fort précieux en 2022 ! Ça sonne, ça se lir très bien à voix haute. Bref je suis pas une chef mais c’est top 😉 belle journée à toi ! Sabrina.

    • Hello Sabrina, merci de ta venue et de commentaire affûté. Lire à voix haute, oui c’est une excellent conseil que je prodigue aussi. On perçoit la musicalité des mots et des idées qui s’entrechoquent:)

  • Bonjour Marie-Josée
    Savoureuse recette, typiquement bretonne. J’ai reconnu les algues et les salicornes, mais je ne connaissais pas la turlutte du pêcheur. Il faut un sacré matériel quand même, mais quelle créativité .
    Très appétissant. En revanche pour retrouver la ligne, il va vraiment falloir attendre l’heure d’été.
    Bise
    Nadiège

    • Cooki Nadiège, tu l’as dit, il va falloir envisager du light après ses extras gastronomiques 🙂

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!